Recherche

Évaluation du programme de Médecine et les humanités à l’Université d’Ottawa

Dre Pippa Hall, professeure auxiliaire du Département de médecine et experte de contenu pour le programme Médecine et les humanités, nourrit un intérêt particulier pour le rôle que jouent les arts et les humanités dans la collaboration interprofessionnelle. Elle est la chercheuse principale de l’Université d’Ottawa pour l’évaluation longitudinale de la modification du programme des  Études médecales de premier cycle, dans lequel on intègre de plus en plus les arts et les humanités. Il s’agit d’une évaluation de programme multisite. Ses cochercheurs sont : Ayelet Kuper, Faculté de médecine de l’Université de Toronto; Karen Trollope-Kumar, Études médicales de premier cycle de l’école de médecine Michael G. DeGroote de l’Université McMaster; Dr Rob Whyte, école de médecine Michael G. DeGroote de l’Université McMaster; Cynthia Whitehead, Département de médecine familiale et communautaire, Université de Toronto; Elaine Van Melle, Université Queen’s et Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada; Dr Jean Roy, Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa. Cette étude est financée par la bourse de recherche et subvention de renouvellement de recherche Phoenix de l’Associated Medical Services (AMS), par le programme d’études médicales et de physiothérapie de premier cycle de la Faculté de médecine de l’Université de Toronto, par l’école de médecine Michael G. DeGroote de l’Université McMaster et par la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa.

Développement et évaluation d’un programme visant à initier les cliniciens qui enseignent aux humanités

L’intégration des humanités dans la formation médicale peut enrichir l’enseignement et constituer « une méthode particulièrement efficace pour développer les compétences d’observation et d’interprétation [en plus] d’approfondir la compréhension de la nature humaine » (Brett-Maclean, 2007).

Malgré la valeur qu’on leur reconnaît, des gabarits particuliers à l’enseignement des humanités en médecine ne font que commencer à apparaitre. Pour encourager les membres du corps professoral à intégrer les arts et les humanités à leur enseignement, le Dr Leonard Bloom, médecin de famille et chercheur à la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa, a reçu une subvention du Programme d’innovation en enseignement médical (PIEM) du Département de médecine familiale afin de concevoir, de diriger et d’évaluer des séances de formation professorale sur le sujet de la médecine et les humanités. On a prévu que l’instauration d’un aperçu théorique de quatre domaines particuliers, soit la médecine narrative, l’histoire de la médecine, les stratégies de la pensée visuelle et les méthodes théâtrales en médecine, alliée à des exercices de réflexion et à des outils pédagogiques dans chacun de ces domaines, aiderait les membres du corps professoral à l’intégration subséquente de sujets fondés sur les sciences humaines à la formation en petits groupes. Les résultats montrent que même si les participants ont apprécié ces séances qui ont su les inciter à intégrer le matériel à leur enseignement, une formation plus poussée s’impose néanmoins dans chacun des domaines pour que les participants puissent intégrer plus facilement les méthodes et les sujets relatifs aux sciences humaines.

Chercheurs :

  • L. Bloom : Département de médecine familiale, Faculté de médedine, Université d’Ottawaet Département d’innovation en éducation médicale (DIEM), Faculté de médedine, Université d’Ottawa
  • Bloom, L.F : Département d’innovation en éducation médicale (DIEM), Faculté de médedine, Université d’Ottawa
  • Archibald, D. : Département de médecine familiale, Faculté de médedine, Université d’Ottawa;
  • Robertson, C. : Département de psychiatrie, Faculté de médecine, Université d’Ottawa
  • Parson, R. : Bureau du développement professionnel continu, Faculté de médecine, Université d’Ottawa
  • Arseneau, M.: Département d’anglais, Faculté des arts, Université d’Ottawa
  • Roy, J. : Département de médecine familiale et Département d’innovation en éducation médicale (DIEM), Faculté de médedine, Université d’Ottawa et, Université d’Ottawa
Recherche sur la pleine conscience

La pratique et la recherche sur la pleine conscience sont étroitement reliées à de nombreux concepts fondamentaux des arts et des humanités. Les Dres Heather MacLean, Carol Gonsalves et Millaray Sanchez-Campos, trois membres clés du corps professoral de l’Université d’Ottawa dirigent une la recherche sur la pleine conscience. Leurs travaux sont financés par des subventions du Département de médecine, du Département de médecine familiale et du Département d’innovation en éducation médicale de l’Université d’Ottawa, de même que par l’Institut canadien pour la santé des médecins. Ces chercheuses ont présenté leurs travaux dans le cadre de conférences en éducation médicale à l’échelle du Canada et des États-Unis.

  • Carol Gonsalves est clinicienne-éducatrice et professeure adjointe au Département de médecine, division d’hématologie, à l’Université d’Ottawa et L’Hôpital d’Ottawa. Elle est clinicienne-chercheuse auprès de l’Institut de recherche de L’Hôpital d’Ottawa. Son orientation universitaire porte sur l’éducation médicale, plus particulièrement dans les domaines de l’évaluation des besoins et du développement de curriculum. Elle a obtenu sa maîtrise en éducation médicale en 2012. Elle siège au comité du Programme de mieux être de la faculté depuis 2008, s’intéressant personnellement et professionnellement aux avantages de la pleine conscience sur la santé des étudiants et des médecins. Elle a également fait partie du groupe de travail sur l’introduction de la pleine conscience dans le programme d’études de la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa qui a lancé, en 2014, un programme longitudinal sur la pleine conscience. Elle a participé à l’édition du matériel pédagogique et enseigne dans ce programme. Elle est cofondatrice du club de lecture sur la pleine conscience de l’Université d’Ottawa.
  • Dre Heather MacLean est codirectrice du préexternat  et professeure adjointe en neurologie au sein du Département de médecine de la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa et L’Hôpital d’Ottawa. Elle a publié un livre sur la pleine conscience à l’intention des étudiants de premier cycle en médecine et, en collaboration avec ses collègues, mène une recherche sur le sujet pour le compte de la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa.
  • Dre Millaray Sanchez-Campos est professeure adjointe au sein du Département de médecine familiale de la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa. En 2012, elle a créé et dirigé un atelier obligatoire de trois heures intitulé « Mindfulness in Clinical Practice » (La pleine conscience dans la pratique clinique). Cet atelier qui a été offert aux étudiants et étudiantes de troisième année fait maintenant partie du programme d’études. Elle a contribué de façon importante au développement et à la mise en œuvre du programme d’études longitudinal lancé en 2014 sur la pleine conscience pour les étudiants et étudiantes de premier cycle.
Haut de page