Recherche appliquée en santé et recherche clinique appliquée

École D’épidémiologie, de Santé Publique et de Médecine Préventive

L’École d’épidémiologie, de santé publique et de médecine préventive (EESPMP) a vu le jour le 1er janvier 2015. L’EESPMP se fonde sur l’accord entre mandats stratégiques selon lequel la recherche et l’enseignement supérieur en matière de santé appliquée et de transfert des connaissances sont les points forts de la Faculté de médecine et de ses partenaires (y compris les instituts de recherche affiliés en milieu hospitalier), et que l’Université reconnaît l’importance de prioriser la recherche appliquée en santé. La vision de l’école est d’être reconnue comme l’un des principaux contributeurs à la recherche, à l’enseignement et à la formation professionnelle. Au niveau local, l’EESPMP cherche à améliorer la santé des patients et de la population en travaillant dans le laboratoire des populations du Réseau local d’intégration des services de santé de Champlain (RLISSC) en Ontario, au Canada. Plus largement, l’EESPMP mène des recherches sur les déterminants de la santé, l’étiologie des maladies, ainsi que sur le développement, la mise en oeuvre et l’évaluation des pratiques, des programmes et des politiques visant à optimiser la santé et les services sociaux.

L’école cherche à réunir les chercheurs de la recherche appliquée en santé de la Faculté de médecine, des instituts de recherche et d’autres groupes en un seul collectif ayant les mêmes priorités stratégiques et plateformes de recherche (centres de méthodes, grands centres de bases de données administratives, biobanques, centres de diversité microbienne, installations d’évaluation, etc.). L’EESPMP mettra à profit le pouvoir collectif des chercheurs de la région et fera la promotion de recherches interdisciplinaires, collaboratives et axées sur le patient en santé appliquée et publique. Les méthodologies utilisées et développées par les chercheurs comprennent : l’épidémiologie, la biostatistique et d’autres sciences quantitatives évaluatives, des méthodes composées d’approches quantitatives et qualitatives complémentaires, l’économie de la santé, différentes approches pour le développement de politiques, l’érudition engagée, et le transfert des connaissances.

Haut de page