Le coaching professionnel - Au-delà des conseils

Publié le jeudi 15 octobre 2020

Le coaching professionnel - Au-delà des conseils

Par Claudine Auger

La frustration est une voie de changement, celle-là qui a animé le Dr Sylvain Boet à sortir des sentiers battus. À une époque où les médecins sous pression continuelle d’être toujours plus productifs se plaignent qu’ils s’éloignent de cela même qui les a conduits à la médecine, soit l’humain, ce membre des Affaires francophones, récemment nommé doyen adjoint, propose une manière fort à propos d’alimenter la flamme qui les anime et de nourrir l’accord avec leurs valeurs personnelles.

Le coaching réaligné sur sa base fondamentale

Concept à la mode, le coaching est trop souvent perçu à tort comme un processus par lequel un coach, à l’instar du coach sportif, donne ses conseils afin de diriger le coaché. Pour le Dr Sylvain Boet, cette façon de voir est erronée. « Le coaching n’est pas du conseil, ni du mentorat ou de la formation. Le coach est plutôt un allié qui soutient celui qu’il accompagne dans l’atteinte de ses objectifs. Partant du principe que personne ne se connaît mieux que soi-même, son rôle vise à poser des questions pertinentes pour faire ressortir les compétences, les forces et les valeurs du coaché. Ainsi, le coach posera de nombreuses questions, afin d’accompagner l’autre dans des choix éclairés. Il n’est surtout pas là pour donner des conseils sur comment régler le problème, mais les problèmes seront réglés! »

Comme l’explique le Dr Sylvain Boet, initiateur du programme de coaching personnel désormais offert aux étudiants en médecine, les médecins méconnaissent le coaching, imprégnés de cette vision galvaudée du coach sportif ou du conseiller. Et si le coaching est encore peu étudié en médecine, son efficacité a été démontrée dans une récente étude publiée par JAMA Internal Medicine. Lui-même formé au coaching par le Coactive Training Institute, un des leaders mondiaux dans la formation du coaching, et poursuivant sa certification professionnelle après avoir réussi la formation initiale d’une centaine d’heures, le Dr Sylvain Boet est convaincu que la démarche mène à un épanouissement qui déteint inévitablement sur le patient. Toutefois, il y a un long chemin à parcourir pour démystifier le coaching : « On croit encore que le coaching est destiné aux individus qui ont des lacunes, en communication par exemple. Il est temps de changer cette perception d’un fourre-tout plutôt infantilisant. »

Le coach est un accompagnateur, insiste le doyen adjoint des Affaires francophones. « Le principe de base, c’est que chacun porte ses propres ressources et réponses, en son propre for intérieur, et c’est le coaché qui décide de la direction de la démarche. De quoi auriez-vous besoin dans la vie pour vous sentir plus épanoui? D’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle? Vous positionner en tant que leader? Repenser l’orientation de votre cheminement professionnel? Autant de pistes à explorer que d’individus. Et je pense que la majorité d’entre nous bénéficieraient d’un tel programme. »

Un programme pilote

Espérant mettre à la disposition du corps médical cet outil de développement personnel permettant d’atteindre son plein potentiel, le Dr Sylvain Boet a mis en place un programme pilote de coaching personnel offert aux étudiants en médecine francophones. « J’ai débuté avec les étudiants des Affaires francophones, comme première étape. L’intérêt est manifeste et la réception, excellente. Le besoin est énorme. Sincèrement, j’aurais moi-même aimé pouvoir en profiter il y a vingt ans », lance cet homme curieux toujours avide d’apprendre et d’aider.

Comme il l’explique, un bon coach doit savoir être à l’écoute et avoir une bonne capacité à développer une relation dans une attitude positive et ouverte. « Partager la même profession peut-être un atout, puisqu’on risque de partager des problématiques et des questionnements, mais ce n’est pas obligé. La complicité se tissera au gré de la réflexion, de l’écoute et du désir de connaître ».

Concrètement, le tout consiste en des séances individuelles de trente minutes à une heure, une à deux fois par mois, pour un total de six à dix heures, selon les coachés, dans une démarche qui s’étend sur six mois.

Haut de page