De la décision d’étudier en français à la réalisation de son rêve - Le parcours d’une étudiante du volet CNFS

Publié le mardi 15 juin 2021

Dre Gabrielle Haidar

Dre Gabrielle Haidar

Mon nom est Gabrielle Haidar et je viens de la Nouvelle-Écosse (plus précisément, d’Halifax). Avec une mère originaire du Québec et un père libanais, j’ai grandi dans un environnement trilingue. Mon frère, ma sœur et moi avons eu la chance d’étudier dans les écoles francophones d’Halifax, où nous avons pu nous immerger dans la langue française. Après le secondaire, j’ai obtenu mon baccalauréat en science à l’Université Acadia. Pendant mon bac, le français m'a beaucoup manqué. Sachant que je voulais devenir médecin, je voulais m'assurer d'être capable de soigner mes patients en français. Le programme CNFS de l'Université d'Ottawa offre la possibilité aux francophones des provinces où le français est minoritaire d'étudier dans leur langue maternelle, afin d’avoir des médecins francophones (et autres fournisseurs de soins de santé) partout au Canada. Je savais que le programme CFNS était l'occasion parfaite de m'immerger dans la ville bilingue d'Ottawa, tout en étudiant la médecine en français.

Malgré tous les changements qu'a apportés mon déménagement à Ottawa et mon retour aux études en français, j'ai ressenti une appartenance dans ma nouvelle communauté médicale. Dès le début des classes, nous étions entourés de gens avec qui nous pouvions partager nos réussites ainsi que nos inquiétudes. Cela a énormément aidé ma transition en médecine. 

Tout au long de mon premier cycle en médecine, le CNFS m'a aidé à retourner chez moi et m'a aussi permis d'aller dans d'autres régions francophones en situation minoritaire pour faire mes stages. Par exemple, j'ai eu la chance de faire un stage d'observation avec un ancien étudiant du CNFS d'Ottawa à Hay River dans les Territoires du Nord-Ouest.

Maintenant que j’ai fini le processus de CaRMS et que je suis diplômée de l'Université d'Ottawa, je rentre de nouveau dans ma province d'origine en tant que résidente en médecine familiale. J’ai tellement hâte de commencer ma résidence dans ma province en sachant que je possède les compétences nécessaires pour être médecin de famille bilingue! Je suis incroyablement reconnaissante d'avoir eu la possibilité de faire partie du CNFS et je me réjouis de recevoir de futurs étudiants du CNFS en stages avec moi!

 

Haut de page