La promotion du français, un travail continu - Rencontre avec Dre Marielle Gawryluk

Publié le mardi 15 juin 2021

Marielle Gawryluk

Dre Marielle Gawryluk

Curiosité et bienveillance

Par Claudine Auger

Enfant, elle soignait ses poupées avec la trousse de médecin qu’elle avait expressément demandée à sa mère. C’est depuis toujours que Marielle Gawryluk souhaitait se destiner à la médecine. « J’ai une personnalité de soignant et j’aime les gens. Bien sûr, entre les jeux d’enfants, les questionnements de l’adolescence et les choix du jeune âge adulte, j’ai envisagé d’autres carrières, mais je revenais inlassablement à la médecine », confie d’une voix douce la médecin de famille qui pratique aujourd’hui au Manitoba, sa terre natale. Douée à l’école, elle travaille fort, soucieuse de bien réussir. Son parcours linéaire s’effectue en français tout du long, dès l’école primaire. Toutefois, pour entreprendre des études en médecine en français, elle doit faire un saut difficile jusqu’à Ottawa et se déraciner. « À cette époque, il n’y avait pas de cours de médecine en français au Manitoba, un volet bilingue a été créé depuis. Pour moi qui suis de tempérament réservé, quitter famille et amis et traverser le pays pour étudier à Ottawa n’a pas été facile. J’avais sous-estimé le choc de la transition », s’exclame Marielle Gawryluk avec simplicité. Mais étudier en français valait cet effort. « J’ai beaucoup d’amis qui n’ont pas continué à pratiquer le français et qui ont perdu cette langue. Mes parents ne se définissent pas comme des francophones, quoique ma mère ait appris le français à l’université, mais des deux côtés de la famille, j’ai des grands-parents qui le sont. C’est un réel intérêt pour moi! »

Une fois diplômée en médecine, Marielle Gawryluk retourne au Manitoba pour y démarrer sa pratique, qu’elle partage aujourd’hui entre la clinique familiale d’un centre francophone du quartier Saint-Boniface qui cible les patients vulnérables et des foyers gériatriques où elle traite les patients atteints de démence qui présentent des problèmes de comportement, ajoutant également une rotation à l’hôpital tous les deux mois pour l’adaptation gériatrique et quelques tâches administratives récurrentes. « Mon goût pour la gériatrie s’est développé durant ma résidence. La médecine familiale est très vaste et permet de se spécialiser selon nos affinités et nos compétences. La gériatrie est une pratique valorisante et délicate à la fois, quelques ajustements dans les médicaments, par exemple, peuvent avoir un effet considérable sur les personnes âgées », explique la Dre Marielle Gawryluk. Toujours avide d’apprendre davantage, la jeune médecin de famille a également suivi une formation en médecine intégrative de l’Université d’Arizona. « De plus en plus de patients s’intéressent aux thérapies complémentaires à la médecine conventionnelle. À mon avis, c’est une question de santé globale, entre le bien-être physique, mental et social au sens large, tout étant inter relié. Je n’ai pas encore eu l’occasion de mettre ces connaissances réellement en pratique, question de temps, mais j’ai en main de bonnes ressources pour trouver l’information ».

Au final, c’est une pratique variée et stimulante, que celle de la Dre Marielle Gawryluk, dont un des grands défis est la pratique en français au Manitoba. Le contexte évolue, bien sûr, grâce au soutien de différents organismes, comme certaines communautés religieuses francophones. Aussi, les programmes de résidence bilingues se développent, dont un programme de résidence de médecine familiale fort bien établi au Manitoba. « Heureusement, il y a des organismes comme les Affaires francophones ou le volet CNFS, Consortium National de Formation en Santé, où je m’implique depuis 2019 dans un poste administratif. L’idée, c’est de promouvoir les stages en français et de stimuler l’attachement à la communauté pour que les jeunes médecins viennent pratiquer dans leur milieu. Mais c’est un travail de longue haleine, il faut être aux aguets, sans cesse promouvoir et défendre nos intérêts, continuer à se battre! »

Haut de page