La réalité virtuelle pour entrer à l’hôpital - Par Claudine Auger

Publié le jeudi 13 janvier 2022

Image symbolisant le texte

La réalité virtuelle pour entrer à l’hôpital

Par Claudine Auger

Quand le contexte de pandémie a forcé la fermeture du Centre de compétences et de simulation de l’Université d’Ottawa où œuvre le Dr Glenn D. Posner, le gynécologue-obstétricien ne s’est pas laissé décourager. Désirant permettre aux étudiants en médecine de demeurer près de la réalité hospitalière malgré les contraintes sanitaires, il s’est initié aux logiciels d’édition, passant des heures à apprendre et à maîtriser la création de courtes vidéos de simulation. C’est à la suite d’une conversation avec son collègue et ami, le Dr Sylvain Boet, Doyen adjoint aux Affaires francophones et enseignant à la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa, que le Dr Glenn Posner entame une collaboration active avec les Affaires francophones. « Alors que je lui parlais de mon intérêt pour les possibilités du virtuel, que je lui expliquais mes idées, il m’a demandé de travailler avec lui. Le Dr Boet n’avait qu’une exigence : produire du contenu en français! Pour le reste, il me laisse beaucoup de liberté, c’est très créatif, et d’autant plus stimulant », raconte le Dr Glenn Posner.

Avec deux étudiants en médecines qui ont accepté de collaborer avec lui, l’autodidacte a peaufiné le projet, créant deux premières vidéos d’expérience virtuelle : une en chirurgie, qui présente la base de la préparation opératoire; une en obstétrique qui met en scène le début du travail d’un accouchement. « L’objectif de ces courtes vidéos d’à peine dix minutes, c’est de donner une expérience aussi proche de la réalité que possible. Ce n’est pas une lecture de cas! » Une troisième vidéo plonge les étudiants en médecine dans une situation où un patient est en arrêt cardiaque, leur permettant de réagir, concrètement à un « code bleu » qui survient à l’hôpital.

Ces capsules vidéo 360 s’adressent avant tout aux étudiants en médecine, favorisant leur apprentissage et leur permettant d’acquérir une certaine aisance face à la réalité médicale qu’ils auront à affronter. « C’est le début de ce beau projet, mais nous avons beaucoup d’idées, des capsules sur le triage, l’accouchement, explorer les sujets qui posent questions aux étudiants », explique le Dr Glenn Posner, ajoutant qu’il désire aussi interpeller un public plus large. « Parce qu’on le voit, il y a une demande réelle! »

Haut de page