Marceline Côté

Carte électronique

Marceline Côté
Professeure agrégée

BSc, Université de Sherbrooke (2004)
PhD, Université McGill (2009)
Chercheure-boursière postdoctorale, Brigham and Women's Hospital and Harvard Medical School

Pièce : Pavillon Roger Guindon, pièce 4214 (bureau) 4210 (laboratoire)
Bureau : 613-562-5800 poste 8215
Courriel professionnel : Marceline.Cote@uottawa.ca

Biographie

Intérêts de recherche

Le principal objectif de notre laboratoire consiste à mieux comprendre les interactions hôte-pathogène lors d’une infection virale, puis de développer de nouveaux traitements antiviraux axés sur les hôtes et/ou les virus. Dans notre laboratoire, nous incorporons plusieurs approches et techniques dont la virologie, la biochimie et la génétique afin d’identifier les protéines de l’hôte nécessaires pour l’infection et de les cibler pour bloquer la propagation virale. Nous nous intéressons particulièrement aux voies d’entrées des filovirus (p. ex. Ébola et Marburg), des arénavirus (p. ex. Lassa) et des coronavirus (virus du syndrome respiratoire aigu sévère et virus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient).

 

Voie d’entrée du virus Ébola

Ébola (ÉboV) est un virus à ARN enveloppé, non segmenté et à brin négatif de la famille des filoviridae. L’ÉboV est un pathogène agressif causant de graves épisodes de fièvre hémorragique imprévisibles chez les humains et les primates non-humains. Le taux de létalité peut atteindre jusqu’à 90 % et, malheureusement, il n’existe aucun traitement antiviral efficace approuvé. Une augmentation des nombres d’épidémies d’Ébola combinée à un taux de transmission élevé nécessite le développement de nouveaux traitements antiviraux. De récentes percées scientifiques ont identifié la protéine Niemann-Pick C1 (NPC1), une molécule retrouvée dans l’endosome tardif et les lysosomes, comme récepteur du virus de l’Ébola. Ces études ont permis de démontrer que le virus nécessite une internalisation et un trafic endomembranaire afin d'atteindre les vésicules contenant NPC1 pour ainsi infiltrer les cellules hôtes.

En utilisant plusieurs techniques, dont les virus pseudotypés, le criblage à haut débit de molécules inhibitrices, la modification du génome et l’imagerie des cellules vivantes, nous souhaitons identifier de nouveaux facteurs de l'hôte pouvant perturber le trafic cellulaire d’ÉboV et ainsi en étudier leurs rôles dans l’entrée et le trafic viral. Nous utilisons également de petites molécules comme sondes biologiques afin de déterminer le rôle des protéines de l'hôte lors de l’infection d’ÉboV. Étant donné que les voies d’internalisation d’EboV impliquent plusieurs interactions directes et indirectes orchestrées par les protéines virales et celles de l’hôte, nos études nous permettrons à la fois de mieux comprendre les mécanismes d’entrée de ce virus et d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques. Finalement, l’utilisation de petites molécules servira de point de départ dans le développement de nouveaux médicaments antiviraux. 

 

Publications sélectionnées

Recherche sur le virus Ebola :

  • Côté M*, Misasi J*, Ren T*, Bruchez A*, Lee K, Filone CM, Hensley L, Li Q, Ory D, Chandran K, Cunningham J
    Small molecule inhibitors reveal Niemanm-Pick C1 is essential for Ebola virus infection. Nature. 2011 Aug;477(7364):344-8 * contributed equally
  • Lee K, Ren T, Côté M, Gholamreza B, Misasi J, Bruchez A, Cunningham J
    Inhibition of Ebola virus infection: identification of Niemann-Pick C1 as the target by optimization of a chemical probe. ACS Med. Chem. Lett. 2013; 4(2):239-43.
  • Misasi J, Chandran K, Yang JY, Considine B, Filone CM, Côté M, Sullivan N, Fabozzi G, Hensley L, Cunningham J
    Filoviruses require endosomal cysteine proteases for entry but exhibit distinct protease preferences. J Virol. 2012 Mar; 86(6):3284-92
  • Côté M, Cunningham J
    L’entrée du virus Ébola et Marburg : interaction entre la glycoprotéine virale et les facteurs cellulaires. Virologie. 2012; 16(3):168-77

Recherche sur les rétrovirus :

  • Côté M*, Zheng YM*, Liu SL
    Membrane fusion and cell entry of XMRV are pH-independent and modulated by the envelope glycoprotein’s cytoplasmic tail. PLoS One. 2012; 7(3):e33734 * contributed equally
  • Côté M*, Zheng YM*, Li K, Xian SH, Albritton LM, Liu SL
    Critical role of leucine-valine change in distinct low pH requirements for membrane fusion between two related retrovirus envelopes. J Biol Chem. 2012 Mar; 287(10):7640-51 * contributed equally
  • Côté M, Zheng YM, Liu SL
    Single residues in the surface subunit of oncogenic sheep retrovirus envelopes distinguish receptor mediated triggering for fusion at low pH and infection. Virology. 2011 Sept; 421(2):173-83
  • Côté M, Zheng YM, Liu SL
    Receptor binding and low pH coactivate oncogenic retrovirus envelope-mediated fusion. J Virol. 2009 Nov;83(22):11447-55
  • Côté M, Kucharski TJ, Liu SL
    Enzootic nasal tumor virus envelope requires a very acidic pH for fusion activation and infection. J Virol. 2008 Sep;82(18):9023-34
  • Côté M, Zheng YM, Albritton LM, Liu SL
    Fusogenicity of jaagsiekte sheep retrovirus envelope protein is dependent on low pH and is enhanced by cytoplasmic tail truncations. J Virol. 2008 Mar;82(5):2543-54

Champs d'intérêt

  • Filovirus
  • Virus émergents
  • Biologie chimique
  • Médicaments antiviraux
  • Microbiologie
Haut de page