L’intoxication au cannabis chez les jeunes enfants a augmenté de neuf fois depuis la légalisation

Publié le vendredi 7 janvier 2022

Cannabis

Le nombre de visites par mois dans les urgences en raison de l’intoxication au cannabis de jeunes enfants s’est multiplié par neuf après la légalisation du cannabis récréatif au Canada, selon une étude publiée dans la revue JAMA Network Open. Certains hôpitaux avaient déjà signalé des cas d’intoxication au cannabis chez des enfants, mais il s’agit de la première étude qui brosse le portrait de la situation dans l’ensemble du pays.

« Nous avons constaté une augmentation de la fréquence et de la gravité des cas d’intoxication au cannabis chez les enfants de moins de 10 ans après la légalisation du cannabis. La légalisation des produits comestibles de cannabis semble être un facteur clé », affirme le Dr Daniel Myran, auteur principal de l’étude, médecin de famille, spécialiste en santé publique et en médecine préventive et boursier postdoctoral à L’Hôpital d’Ottawa et au Département de médecine familiale de l’Université d’Ottawa.

L’équipe de recherche a examiné toutes les visites aux urgences en Ontario pendant trois périodes : avant la légalisation, après la légalisation des produits et des huiles de cannabis à base de fleurs en octobre 2018, puis après la légalisation des produits comestibles commerciaux de cannabis (par exemple des gélifiés et des chocolats) et d’autres produits vers la fin de janvier 2020.

Pendant la durée complète de l’étude (janvier 2016 à mars 2021), il y a eu 522 visites aux urgences d’enfants de moins de 10 ans en raison d’une intoxication au cannabis. L’âge moyen de ces enfants était de 3 ans et 9 mois.

Bien qu’il n’y ait eu aucun décès, 171 (32,7 %) enfants concernés ont été hospitalisés et 19  (3,6 %) ont reçu des soins intensifs. La plus forte hausse des visites aux urgences en raison d’une intoxication au cannabis a été observée après la légalisation des produits comestibles commerciaux et une plus grande part de ces visites ont été suivies d’une hospitalisation par comparaison aux deux autres périodes (39 % vs 25 %).

Résultats de l’étude

Avant la légalisation (janvier 2016 à septembre 2018)

  • Nombre total de visites aux urgences : 81
  • Nombre moyen de visites par mois aux urgences : 2,5
  • Pourcentage de visites aux urgences suivies d’une hospitalisation : 25 %

Légalisation de fleurs, de graines et d’huiles de cannabis (octobre 2018 à janvier 2020)

  • Nombre total de visites aux urgences : 124
  • Nombre moyen de visites par mois aux urgences : 7,8
  • Augmentation mensuelle moyenne des visites aux urgences par comparaison à la période précédant la légalisation : 3 fois
  • Pourcentage de visites aux urgences suivies d’une hospitalisation : 24 %

Légalisation de produits comestibles et d’autres produits (février 2020 à mars 2021)

  • Nombre total de visites aux urgences : 317
  • Nombre moyen de visites par mois aux urgences : 22,6
  • Augmentation mensuelle moyenne des visites aux urgences par comparaison à la période précédant la légalisation : 9 fois
  • Pourcentage de visites aux urgences suivies d’une hospitalisation : 39 %

Les chercheurs ont noté que la légalisation du cannabis au Canada s’est poursuivie pendant la pandémie de COVID-19. Ils ont constaté une diminution des visites aux urgences en raison de tout type d’empoisonnement infantile en Ontario pendant la pandémie, sauf dans le cas des empoisonnements au cannabis, qui étaient en hausse. Après la commercialisation de produits comestibles, près de 10 % de toutes les visites aux urgences en raison d’un empoisonnement infantile en Ontario étaient liées au cannabis.

« L’approche de la légalisation adoptée par le Canada visait à prévenir l’augmentation de l’intoxication infantile au cannabis par le truchement de politiques qui limitent la puissance du cannabis comestible, exigent un emballage à l’épreuve des enfants et éduquent les parents et les autres personnes qui prennent soin d’enfants, poursuit le Dr Myran. Malheureusement, les taux observés dans le cadre de notre étude invitent à penser que l’approche n’a pas permis d’atteindre cet objectif. »

« De plus en plus de pays envisagent de légaliser le cannabis récréatif. Nous devons donc apprendre comment mieux protéger les enfants contre une intoxication au cannabis. L’éducation est un point de départ, mais il faut d’autres mesures pour réduire l’attrait des produits comestibles pour les jeunes enfants. Par exemple, il faut imposer des contraintes plus strictes sur l’apparence et le goût des produits comestibles une fois qu’ils sont sortis de leur emballage. »

Si votre enfant consomme du cannabis accidentellement, appelez au Centre antipoison de l’Ontario au 1 800 268‑9017. L’intoxication au cannabis chez un bébé et un enfant est une urgence médicale. Composez le 911 si votre enfant est malade ou a de la difficulté à respirer. Il est possible de prévenir une intoxication au cannabis en conservant les produits de cannabis dans un contenant verrouillé à l’écart des autres aliments et boissons et hors de la portée des enfants. Renseignez-vous davantage sur les risques du cannabis et la prévention des intoxications accidentelles.

Des chercheurs de l’ICES, de l’Institut de recherche Bruyère, du Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances et de l’Hôpital SickKids ont aussi contribué à l’étude.

Cannabis

 

 

Haut de page